Le bonheur dans la neige

Une journée de ski en famille à Todtnauberg 

Autor

Isa Bender · 28 septembre 2018

Container

Une journée dans la neige et nous le ressentons à nouveau... notre esprit est rempli de bonheur !

En tant que famille avec deux enfants, nous ne faisons pas partie des skieurs matinaux, mais ce n'est pas si grave, car nous allons à Todtnauberg, où les horloges sont de toute façon un peu différentes. Nous nous trouvons sur le versant sud du Feldberg et profitons de presque partout de la vue sur les Alpes.

À Todtnauberg, tout se passe tranquillement, nous avons la voie libre sur les pistes magnifiques et variées. C'est un rêve, surtout avec nos deux petits garçons, car il n'est pas nécessaire de regarder constamment s'ils ne sont pas sur le point de heurter quelqu'un. Nous effectuons les premières descentes au Kapellenlift, c'est toujours là que nous commençons notre journée de ski. "Ma chapelle", dit Nathan avec nostalgie, car c'est ici qu'il a été baptisé il y a quelques années. Les garçons sentent le chocolat dans leurs poches et, comme le veut la tradition, la première barre de chocolat est dégustée directement devant la chapelle, le tout bien sûr avec une vue incroyable !

"Premier, continuez, allez maintenant, Stübiiiii... ! !!!", crie Charlie et déjà le silence se dissipe et nous cruisons en direction de "Stübi".  La descente au Stübenwasenlift est bien large et plate en haut, ce qui permet aux garçons de "faire de la moto", comme ils l'appellent, à deux sur un bâton de ski et de passer d'un côté à l'autre. Plus tard, la pente redevient plus raide. Mais bien sûr, il faut parfois de l'action et Nathan, le plus âgé des deux, sait exactement où les meilleurs tremplins l'attendent. "Je veux la descente en forêt maintenant !", crie-t-il vers nous à l'arrière et part simplement devant, il connaît maintenant le chemin. Le premier tremplin est emporté et il y en a un après l'autre, même le petit "vole" par-dessus d'une manière ou d'une autre. La neige est molle, si bien que les garçons n'arrêtent pas de rire, même en cas de chute. Nous devons encore traverser la forêt plusieurs fois, c'est obligatoire !

Le soleil brille comme un fou et la neige est un rêve. Nous faisons une petite pause et buvons du thé, tout à coup Charlie, le plus petit, dit : "Pourquoi la forêt s'appelle-t-elle Forêt-Noire ? Elle devrait s'appeler Forêt blanche, tellement les arbres sont blancs de neige !". Pour les garçons et pour nous, cela fait tellement de bien de se plonger dans cet univers hivernal, c'est du repos à l'état pur. Mais on ne s'ennuie jamais avec les enfants et voilà que Nathan s'exclame à nouveau : "J'ai chaud !", il doit quand même se débarrasser de son pull, sinon on ne peut pas continuer. Au lieu de profiter du soleil du soir, la première boule de neige arrive déjà par derrière. Et lorsque la neige commence à fondre dans le dos, il est temps de partir.

Ok - presque - nous pouvons encore faire une toute dernière descente. Cette fois, nous prenons même le télésiège au sommet du Stübenwasen. Le petit Charlie s'exclame : "Regarde ! Du haut de ses 4 ans, il attrape l'arceau de la corde, s'accroche et se laisse tirer jusqu'en haut à travers la forêt hivernale. Arrivé en haut, à 1388 m, on peut terminer par la plus belle des descentes, la descente panoramique avec une vue de rêve. L'ai-je déjà mentionné ? Cette vue ? Ah oui, cette vue justement. Pour un si petit endroit, c'est tout à fait légendaire !

Merci le jour, merci la forêt blanche, merci le soleil.......Life is good !